Facebook Live est-il (déjà) mort ?

Facebook Live est-il (déjà) mort ?

Grande tendance pendant quelques mois à l’arrivée de l’application Meerkat puis de Periscope (vite rachetée par Twitter), le live streaming vidéo devait révolutionner l’industrie des médias, tout le monde pouvant se transformer en reporter avec un simple téléphone. Des promesses aussitôt embrassées par les marques pour leur marketing avec des concepts plus ou moins bien pensés de live stream en coulisses avec du contenu exclusif. Aujourd’hui il semblerait que beaucoup fassent déjà machine arrière, au point de faire disparaître complètement le format ? Pas encore…

La fin d’une pratique “subventionnée”

Une étude récente de CrowdTangle démontre que pour 17 grosses marques média connues pour être “encouragées” (en fait simplement subventionnées) par Facebook pour produire du live, le volume de vidéo produite a diminué de moitié ces derniers mois. Pour une simple et bonne raison : Facebook ne paye plus pour les “encourager” à produire du streaming de qualité sur Facebook Live.

buzzfeed-facebook-live

Les chiffre sont impressionnants mais ne devraient pas surprendre plus que ça. La tactique est assez courante et employée par Google comme par Facebook pour tenter d’imposer ses nouveaux produits. On pense par exemple à AMP ou à Instant Articles pour ne citer qu’eux. L’idée de ces géants ? Habituer les audiences (et les rédactions) à un nouveau format pour que cela devienne une habitude une fois les subventions terminées. Mais quand les revenus et les audiences ne sont pas au rendez-vous, c’est le drame…

Faut-il se désintéresser complètement du live pour sa stratégie social media ?

La réponse est simple et assez évidente : bien sûr que non ! Si vous avez des choses à dire il ne faut pas vous couper d’un canal différente et original pour les dire. Les médias cherchent à diversifier les formats mais aussi les revenus et donc l’audience, d’autant plus en période de reach naturel famélique. Cet abandon semble assez logique si les investissements consentis pour la production sont importants et que les subventions disparaissent. Logique aussi si les lives en question sont pollués sans arrêt par des formats publicitaires “in live”, la dernière “bonne idée” de Facebook pour monétiser le streaming sur sa plateforme.

Mais quand on est une entreprise et qu’on veut en montrer un peu plus sur des événements bien précis et que l’on investit un peu dans un peu de publicité pour être visible, le live reste un format à tester. Si votre audience apprécie ces rendez-vous, que le ton de vos interventions est bien calibré et que la qualité son et vidéo suit, pourquoi pas !

Pensez au fond avant la forme et le canal de diffusion

Notre conseil est finalement toujours le même : concentrez-vous sur l’histoire que vous racontez avant de vous fixer des limites de format. Cela s’applique à merveille pour le live, peu importe les réticences des médias ou de certaines grandes marques qui n’ont pas les mêmes problématiques que vous et nous au quotidien. Non, le Live n’est pas mort, et il ne tient qu’à vous de trouver la bonne idée pour en faire un atout face à la concurrence !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge