Assistants vocaux : êtes-vous prêts pour la prochaine révolution ?

Assistants vocaux : êtes-vous prêts pour la prochaine révolution ?

Depuis de nombreuses années le mobile a bouleversé les habitudes de chacun d’entre nous dans nos rapports avec l’information, la consommation et même nos relations aux autres. Le marketing en ligne s’adapte après avoir créé parfois ces nouvelles habitudes. Mais alors que la révolution mobile reste encore difficile à assimiler pour beaucoup de sociétés qui font évoluer petit à petit leurs sites et leurs contenus, le vocal est déjà au coin du bois pour redistribuer une nouvelle fois les cartes.

Les assistants vocaux semblent encore plus fermés que ce que l’on peut trouver aujourd’hui comme leviers de découverte, notamment sur les moteurs de recherche. Alors, êtes-vous prêts pour cette nouvelle révolution ?

Evolution ou révolution ?

Beaucoup de professionnels du référencement naturel se posent la question depuis plusieurs mois en étudiant notamment le fonctionnement de Google Home. Avec une tarification agressive (à partir de 59€ pour la version mini) le géant de Mountain View n’a pas fait les choses à moitié pour préempter un marché encore en phase d’adoption.

Car si Google Home est bien pratique pour accompagner votre quotidien en faisant l’interface vocale avec votre agenda, avec la météo ou autres applications concrètes qui accèdent à tout un tas de données normalisées, comment s’assurer de la pertinence d’une recherche vocale quand l’enceinte ne vous retourne qu’un résultat ?

Pour être efficace au quotidien dans la discussion avec son utilisateur, l’assistant vocal doit donner une réponse. Une seule. Pour ceux qui trouvaient la première page des résultats de recherche Google limités, bienvenue en enfer. La lutte entre professionnels du référencement naturel n’a pas fini de faire rage, d’autant plus si il n’y a plus que la première position qui est visible… Une évolution de plus vers des plateformes ultra fermées pour servir leurs intérêts business.

Un combat perdu d’avance ?

Aujourd’hui sur des requêtes bien ciblés du contenu “gratuit” ressort encore. Mais demain on peut très bien imaginer que les réponses soient verrouillées par Google pour ses annonceurs. Il paraît assez logique d’imaginer que la seule possibilité à moyen terme pour apparaître dans les résultats de recherches “vocalisés” par Google Home soit de passer à la caisse via Adwords. Une suite assez logique dans la stratégie bien huilée de Google d’enfermement des annonceurs dans un cycle infernal de dépendance.

Mais si on parle de Google depuis le début de cet article il ne faut pas oublier la concurrence ! Amazon et son Echo ne devraient plus tarder à débarquer en France et il pourrait distribuer les cartes un peu différemment que ce que l’on peut imaginer jusqu’à présent. Un combat sur les fonctionnalités et la qualité des réponses, mais aussi sur un aspect qui prend de l’ampleur la lumière du scandale récent de Facebook : le respect de la vie privée !

Confiance et respect au coeur du sujet

Pour pouvoir fonctionner, les assistants vocaux et autres enceintes connectées vous écoutent. Cela paraît logique mais certains utilisateurs semblent étonnés quand on leur explique… Il y a bien sûr un mot clé permettant de mettre en alerte l’assistant pour le “réveiller” (le “wake word” en anglais), mais pour entendre ce mot clé on comprend bien qu’il doit être en veille permanente. Et donc écouter en permanence ce qui se dit autour de lui.

Outre le fait de s’auto mettre sur écoute, concept un peu étonnant s’il en est, la question du traitement de ces données est primordiale. La voix est une donnée biométrique capable de vous identifier. Comment votre parole est-elle stockée ? Où est-elle envoyée pour être analysée afin de retourner une réponse cohérente ? Pour l’instant tout est généralement envoyé dans le cloud vers des data centers un peu partout dans le monde, sans réel contrôle.

De nouveaux systèmes émergent donc, comme Snips en France, pour mettre cette question de la vie privée au centre du fonctionnement de leurs objets vocaux. Pourront-ils rivaliser avec Google sur le long terme ? Comment feront-ils le tri entre les milliards de résultats potentiels disponibles ? Il est encore trop tôt pour se prononcer sur toutes ces questions fondamentales, mais on y reviendra très vite…

Pour répondre à la question posée dans le titre de ce billet il faut en fait répondre à un pré-requis : avez-vous du contenu de qualité et une vraie stratégie diversifiée pour la diffusion de vos contenus ? C’est aujourd’hui la seule chose à faire en attendant que le marché se décante…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge